Présentation de l'anxiété

 

 

L’anxiété “normal”

 

L’anxiété est une tension (passagère ou durable) dont le but est de nous éviter une souffrance par anticipation.

Elle se manifeste par un état de vigilance auquel s’associent des manifestations physiques (troubles du sommeil, tremblements, palpitations, sueurs…) ainsi que des pensées.

L’anxiété est avant tout un phénomène naturel , proche de la peur, qui nous amène à anticiper les événements futurs afin d’éviter les problèmes (regarder avant de traverser la route, vérifier nos comptes bancaires pour “ne pas être dans le rouge”, etc). L’anxiété est donc une alliée dans notre vie de tous les jours car elle nous force à une évaluation permanente des risques.

 

Troubles anxieux

C’est lorsque l’anxiété est poussée à l’excès qu’elle devient pathologique, les peurs existent alors de manière irrationnelles et son invalidantes. Ces peurs peuvent être :

  • Des obsessions : ce sont des peurs issues des idées de la personne dont elle mesure pourtant elle-même le caractère absurde (obsession de microbes et de la saleté, parfait alignement des tableaux, vérification incessante de la fermeture d'une porte...).
  • Des phobies : peurs déclenchées par des objets ou des situations inoffensifs et extérieurs à la personne (phobie des araignées, de la foule, des espaces confinés).
  • Des paniques : peur extrême qui jaillit brutalement, sans raison avec la sensation d'un danger imminent.
  • Une anxiété généralisée : correspondant à un souci permanent, excessif et invalidant. Une forme de panique s’installe bloquant nos capacités de jugement.

J’ai vaguement entendu parler d’un plan de licenciement au sein de mon entreprise

- anxiété “normale” : “je vais me renseigner pour savoir si c’est encore une rumeur de couloir”.

- anxiété “généralisée” : “à tous les coups cela va me tomber dessus”.

Un de mes proches vient de tomber malade

- anxiété “normale” : “il faudra que j’organise ma semaine pour passer le voir”.

- anxiété “généralisée” : “ça ne peut être que grave, comment on va faire ?”.

 

Dans le cas d’une anxiété massive, on s’imagine le pire alors que souvent, nous n’en sommes qu’au début des investigations. J’ai beau me dire qu’il n’y a rien de grave, que rien ne conforte mon scénario, je n’arrive plus à me rassurer, c'est la crainte du pire scénario. Ce sont les aspects les plus excessifs de ces inquiétudes qui font le plus souffrir.

 

La dépression et les troubles anxieux sont deux maladies différentes, même si l'anxiété est un symptôme fréquent en cas de dépression qui s'exprime aussi bien dans le corps (sensation de "boule" dans la gorge ou dans le ventre, difficulté à respirer) que dans la tête (sensation de catastrophe imminente, ruminations).