Biais cognitifs

 

Êtes-vous bon conducteur ? Choisissez un des items suivants :

A Dans les meilleurs 25%
B Meilleur que la moyenne
C Moins bon que la moyenne
D Parmi les plus mauvais

Partout où l’on pose cette question, 90% des gens sont meilleurs que la moyenne. On a
posé cette questions à différentes personnes, dans différents pays, on a même posé cette
question à des personnes après un accident de voiture et la réponse est la même.
Même chose pour d’autres exemples tels que l’entreprenariat, le mariage, l’enseignement…

C’est bien d’être optimiste mais de l’être de manière aussi systématique sur notre
capacité à faire les choses au moment de prendre des décisions c’est un problème. Ce
problème s’appelle un biais cognitif, c’est la manière que l’on a de se tromper. C’est un
mécanisme de la pensée responsable de la déviation de notre jugement. C’est universel et
prévisible.
Le biais que nous venons de voir (êtes vous bon conducteur ?) correspond au biais
d’excès de confiance. Des biais cognitifs, il en existe une multitude : actualisation hyperbolique,
effet de halo, effets d’agence, biais de confirmation, confiance dans l’autorité… (cf fiche utilité des biais cognitifs).
C’est tout de même embêtant, on pense être rationnel mais on a pleins de manières
systématique de ne pas l’être, d’être irrationnel.
Le biais c’est un petit peu comme l’illusion d’optique.

 

 
Sans titre.png
 

Même en étant convaincu que A et B sont de la même couleur à chaque fois que l’image sera présentée, on verra une couleur différente. Les biais c’est la même chose : On peut avoir rationnellement lu toutes les études et tous les livres pour se dire « j’ai tel ou tel bais, faut que je fasse attention », quand le problème se présente on tombera dans le piège.

A quoi servent les biais ?


Afin d’éviter de se noyer dans un trop-plein d’information, notre cerveau doit écrémer et filtrer un montant incroyable d’informations et rapidement, sans trop d’effort, décider quelles sont les nouvelles choses à tirer et à extraire. Pour nous aider à construire du sens à partir des bouts et morceaux d’information qui nous parviennent, nous devons remplir les trous et assembler le tout pour créer nos modèles mentaux du monde. Dans le même temps, nous avons également besoin de nous assurer qu’ils restent aussi stables et efficaces que possible. Dans le but d’agir vite, notre cerveau doit prendre des décisions en une fraction de seconde afin d’augmenter nos chances de survie, de sécurité ou de succès. Il doit également avoir confiance en sa (notre) capacité à agir sur le monde. Et pour que tout cela se fasse aussi efficacement que possible, notre cerveau doit se rappeler des parties les plus importantes et utiles des informations qu’il rencontre et en informer ses systèmes afin qu’ils puissent s’adapter et s’améliorer au cours du temps.

  • Nous ne voyons pas tout. Et certaines des informations que nous écartons/filtrons sont en fait utiles et importantes.
  • Notre quête de sens peut générer des illusions. Nous imaginons parfois des détails qui ont été placés là par nos suppositions, et construisons des intentions et des histoires qui n’existent pas vraiment.
  • Les décisions rapides peuvent être complètement nulles. Certaines des conclusions auxquelles nous sautons sont injustes, égoïstes et contre-productives.
  • Notre mémoire renforce les erreurs. Une partie des choses dont nous nous rappelons le plus tard rendent juste les systèmes cités ci-dessus encore plus biaisés, et plus dommageables pour nos processus de pensée.

En gardant à l’esprit les quatre points évoqués précédemment et les conséquences qu’ont les stratégies que notre cerveau utilise pour les résoudre, nous remarquerons nos biais plus souvent.
Rien de ce que nous pouvons faire ne peut éliminer les quatre points (à moins de trouver un moyen d’améliorer la façon dont notre cerveau fonctionne pour mieux le faire coller à la réalité) mais si nous acceptons le fait que notre perception de la réalité est en permanence biaisé, nous approchons d’une réalité « plus objective » et surtout cela permet de mieux se comprendre…