Communication

 

 

La communication nous permet d'informer notre entourage, de faire passer un message. Parfois en raison d'un mouvement émotionnel intense, communiquer une information devient une action véritablement complexe. Nous vous proposons dans cet article quelques conseils afin de pouvoir reprendre maîtrise sur l'information que vous souhaitez transmettre.

1 - Principes généraux

Utiliser la première personne (le « JE »). Notre implication dans la communication est le plus beau cadeau que nous puissions faire à notre interlocuteur. Exemple : « je suis content que tu aies réparé l’ordinateur » versus « C’est bien que tu aies réparé l’ordinateur ».

Dans la plupart des cas, le mot « je » permet de ne pas porter de jugement mais de simplement donner son avis. Exemple : « J’aime beaucoup ta tenue » vs « tu es très bien habillée ». Il permet de se situer et d'informer l'autre sur mon propre souhait, positionnement, vécu.

Exprimer le plus clairement et le plus directement nos émotions (ce que je ressens maintenant) et nos idées (si je n’ai pas d’avis ou d’opinion à un moment précis, je peux le dire aussi).  Être spécifique pour éviter de tomber dans le piège des généralités. Exemple : « J’ai vraiment apprécié que tu prennes le temps de m’aider à terminer ce travail de physiologie hier soir » vs « Tu as été sympa hier soir ».

Employer autant que possible des formulations positives (« je pense ceci » plutôt que « tu as tord à propos de cela »). Le message peut être rapidement brouillé, s’il comporte par exemple un sous-entendu négatif « Pour une fois que vous avez fait l’effort d’arriver à l’heure ».

S’assurer que mon message a bien été compris (vérification de la compréhension de l’autre par des demandes de feed-back) et reformuler soi-même que l’on a compris du message de l’autre.

2 - Messages non verbaux et état émotionnel

-  Par le CORPS : la mimique notamment le sourire, le contact visuel, la distance interpersonnelle, la posture et les gestes.

-  Par la VOIX : l’intensité, le ton, le débit, la modulation, hauteur de voix, le temps de réaction.
 

Nb : 80% de l’impression que l’on se fait des autres passe par le décodage implicite des messages non verbaux. Le corps manifeste (trahit ! parfois) des émotions (réticence, attirance, crainte, lassitude...) non exprimées verbalement.
Quel paramètre se dérègle le plus quand vous êtes émus ?ou agacés ?

 

3 - L’écoute
 

- L’écoute passive : écoute suiveuse de la conversation de l’autre, utilise des brèves marques d’intérêt (« hum, hum... »), le contact visuel et les hochements de tête. Notons toutefois que quand nous interrompons ces marques d’attention, notre interlocuteur s’arrête de parler ou demande «Qu’y a t il ?».

- L’écoute active : écoute dans laquelle je participe pleinement, elle comprend :

- Les questions ouvertes (qu’est-ce que ? comment ? pourquoi ?), qui offrent véritablement à l’autre l’occasion d’exprimer ce qu’il veut.

- La reformulation, en miroir ou plus synthétique, qui montre clairement à l’autre qu’on l’écoute, qui permet de s’assurer qu’on a bien compris l’autre et qui pose le débat sur le plan qui nous intéresse.

-  La révélation de soi, avec implication émotionnelle, qui informe l’autre des échos de ce qu’il dit sur nous et ouvre à une véritable relation entre personnes.